Le shampoing à l’argile et au romarin de Ciel d’Azur : un produit aussi étonnant qu’efficace

L’autre jour, il m’est arrivé une petite péripétie insignifiante mais dont j’ai une sainte horreur : au moment d’appliquer mon shampoing sous la douche, j’ai réalisé que le flacon Lavera ne m’offrait plus qu’un tout petit fond de son produit. Après avoir fait mousser tant bien que mal ces trois dernières gouttes, il fallait bien que je me rende à l’évidence et qu’une sortie de la cabine était inévitable. Les yeux pleins de savon et la démarche titubante, je me suis emparée du premier shampoing venu pour en finir avec ce lavage de cheveux bien compliqué. C’est ainsi que je me suis laissée surprendre par un produit que j’avais acheté en connaissance de cause certes, mais que je ne m’étais pas encore préparée à utiliser.

J’ai choisi ce shampoing Ciel d’Azur destiné aux cheveux gras non parce que cela correspond à la nature des miens, mais plutôt afin d’espacer un maximum les lavages. J’ignore si c’est une bonne idée, en tout cas, cette astuce ne les a jamais fait graisser plus rapidement.

La composition de ce soin est étonnamment succincte : eau, extrait de romarin, base lavante sans sulfates, argile… Les ingrédients sont d’origine naturelle à 100%, 10% d’entre eux sont issus de l’agriculture biologique.

ciel d'azur romarin

La marque promet du volume et un cheveu plus fort, comme revitalisé, ainsi qu’un grand respect du pH du cuir chevelu pour lui éviter de produire des pellicules.

La texture est vraiment édifiante. Elle ressemble trait pour trait à celle d’un masque pour le visage à l’argile (en un peu plus fluide), et j’ai eu peur, la première fois, de ne pouvoir rincer correctement le produit, ou que mes cheveux n’aient pas un aspect propre à la sortie de la douche, qu’il faille les laver de nouveau avec un autre shampoing. Toutes ces appréhensions sont dues au fait que le shampoing Ciel d’Azur ne mousse pratiquement pas d’un poil. Même appliqué sur cheveux bien humides et aspergé d’un peu d’eau, il n’a pas voulu dévoiler un grand nombre de ses bulles ! Cela rend l’application un peu délicate, on peut difficilement glisser ses doigts sur toute la surface des racines aisément.

Il faut s’armer de patience, insister quand la masse de cheveux bloque les mouvements. Puis il est également nécessaire de ne pas s’agacer devant un rinçage fastidieux et plus long qu’à l’accoutumée. Mais si vous saviez ! Le résultat en vaut vraiment la peine ! Certes, je n’ai pas pu constater un gain de volume incroyable; pour tout vous dire, j’ai trouvé mes cheveux un peu plus fins que d’habitude et moins disciplinés. Mais j’ai noté une réelle différence concernant un apaisement flagrant de mon cuir chevelu qui était toujours un peu agressé par les sulfates présents dans le shampoing Lavera ou d’autres à la composition honorable (je ne parle pas ici de sodium laureth sulfate mais de sodium coco sulfate). Je trouve également mes cheveux plus brillants et moins ternes le jour où je dois absolument les laver. Contre toute attente, j’ai adopté ce petit soin avec grand plaisir.

Vous pouvez trouver ce produit labellisé Cosmebio sur différents sites de boutiques bio pour environ 8€ (250ml). De plus, les cosmétiques de la marque sont fabriqués à Mane, en Provence.

Publicités

7 Replies to “Le shampoing à l’argile et au romarin de Ciel d’Azur : un produit aussi étonnant qu’efficace”

Pour laisser un petit mot avant de partir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s